A méditer… Extrait du livre « Famine au Sud, malbouffe au Nord » de Marc Dufumier

« Quant au goût, pas besoin d’être un militant de l’agriculture biologique pour constater que les fruits et légumes des états de nos supermarchés n’en ont plus beaucoup. Certes, ils sont beaux, sans tache et de couleur écarlate, mais leur qualité esthétique ont pris le pas sur la qualité gustative. Ce qui n’est pas étonnant puisque les variétés cultivées pour l’agriculture conventionnelle n’ont pas été sélectionnées pour ses qualités là. Nous mangeons des fruits et légumes qui offrent les meilleurs potentiels de rendement à l’hectare, les meilleures facilités de transport, les meilleures durées de conservation sur les étalages, etc. à ceux qui ont été sélectionnés pour leur saveur. Pour consommer ces derniers, il faut se tourner vers l’agriculture bio qui emploie les quelques variétés rustiques ayant résisté aux fourches caudines de la section catalogue. Ou consommer les produits de variétés qui ne sont plus officiellement autorisées à la commercialisation comme cela se produit souvent. Le grand public ignore mais plusieurs légumes de terroir cultivé en France le sont à partir de semences interdites. Une association comme Kokopelli a, pour préserver l’extraordinaire patrimoine hérité de nos aïeux, décidé par exemple de remettre ces variétés en culture et d’en commercialiser les semences… en toute illégalité. Et ce sont évidemment ces variétés que l’on retrouve dans l’assiette des restaurants gastronomiques, pas celles souvent sans goût et sans saveur, inscrites au catalogue. Bref, on marche sur la tête : notre patrimoine est préservé par des hors-la-loi, et ceux qui font ou profitent des ces lois se retrouvent en position de receleurs chaque fois ou presque qu’il commande une salade dans un bon restaurant… »

wreak-1670090_960_720

©2019 - L'Autre Campagne - tous droits réservés

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?